AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  StaffStaff  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 LES SAISONS [LE CALENDRIER DE LA COMMUNAUTE]

Aller en bas 
AuteurMessage
Dead Irish Man
Morse-garou
Morse-garou
avatar

Masculin Nombre de messages : 4500
Age : 31
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 19/02/2007

MessageSujet: LES SAISONS [LE CALENDRIER DE LA COMMUNAUTE]   Dim 9 Nov 2008 - 21:41

Bon, avant de poster les oeuvres des participants, je fais un rappel du principe, que ceux qui tombent sur le topic aient pas à farfouiller partout sur le forum pour retrouver le pourquoi du comment.

Dead Irish Man a écrit:

Cette collaboration propose à chacun de réaliser quelque chose (dessin, photo, texte) sur une ou plusieurs saisons de son choix .
Pourquoi les saisons?
Parce que une saison = 3 mois (si si) et donc permet une plus grande variété de représentations.
Parce que c'est plus simple
Parce que c'est ma proposition et que du coup ben c'est moi qui décide ^^

ENSUITE

A LA FIN (c'est à dire vers la mi-décembre)

On reprend l'ensemble des oeuvres réalisées et on voit ce qu'on peut en tirer
Croyez-moi, il y aura de quoi faire et j'ai plein d'idées (mosaïques, fusion de texte/image, etc) et vous en aurez plein aussi en temps voulu (c'est à dire quand vous aurez (enfin) compris ce que je veux vous dire ^^l)

Tout ça pour quoi
Arriver à un final d'image plus ou moins carrée qui viendrait, sur un calendrier, au dessus des mois (écrits donc en bas de la page)
Un final carré???
Oui, enfin plus ou moins.
Mais pas besoin que les images que vous proposez soient carrées elles (même si ça pourrait aider), on arrivera à s'arranger et puis trop de carré tue le carré.

Les oeuvres déjà faites sont possibles mais j'avoue que sauf cas de force majeur je trouverais beaucoup plus cool qu'on fasse du neuf avec du neuf

Voilà, le départ est déjà lancé

Je ne pense pas qu'il faille forcément faire une liste des participants (sauf si vous vous sentez perdu et que vous voulez savoir qui de vos copains participe), envoyez moi juste un mp pour me dire si vous comptez participer et après on verra bien, je posterais vos oeuvres dans le premier post.
Début décembre on fixera plus précisement la date de fin qui, je vous l'annonce de suite, se situera autour du 10-15 Decembre.


Pourquoi? Pour qu'on puisse réfléchir un peu à la mise en forme final du truc avant le bordel des fêtes.


Des questions?


Et voici les participations :

Omentie



Gunpici pour l'automne, juste au cas où....



Printemps



HIVER




Parchemin

Citation :


Il était une fois le pays du père Noel, plein de petits
lutins joyeux et bourrés de cocaïne jusqu’aux yeux, qui acceptaient de bosser 364 jours par ans sans
être payé et en portant des bonnets ridicules, pour peu qu’ils soient
régulièrement fournis en substances hallucinogènes et stupéfiantes. Toute la
journée, l’atelier du père Noël retentissait de leurs rires hystériques et du
bruit de leurs outils.





Or un matin, le père Noël se leva dans le silence absolu.
Furieux à l’idée que ces petits rats hyperactifs se soient offerts une nuit de repos,
sur son dos, il sauta au bas de son lit. Grommelant, il enfila ses grandes
bottes. Sa barbe frémissait de colère pendant qu’il enfilait son grand manteau
rouge. Il était hors de question qu’une bande de lutins junkies fiche en l’air
le Noël des enfants de la terre (moins les quelques uns qu’il se remontait
chaque année. Il fallait bien s’amuser un peu).


Grondant, il traversa la cour en enneigée, causant le décès
prématuré par infarctus foudroyants de Rudolf et de ses fidèles frères rennes
mutants terrorisés, privant ainsi le monde du premier groupe de rock cervidé.
Mais le père Noël n’en avait cure. Il ouvrit d’un grand coup la porte de
l’atelier, tonnant son terrible « HO HO HO », prêt à fouette de sa
ceinture les impudents tires au flanc.





Dans l’atelier, rien ne bougeait. Les petits jouets étaient
soigneusement rangés le long des murs. Les marteaux et les scies étaient
gentiment posés sur les établis silencieux. Même le feu dans la cheminée
s’était arrêté, dans le calme du petit matin. Et sur le sol gisaient les elfes,
sages comme des images dans leur dernier sommeil, leurs petits bonnets
déchiquetés. Le père Noël n’eût que le temps de se jeter à terre, la crosse
passa à un cheveu de son bonnet. Roulant sur lui-même, il empoigna un manche
parmi les jouets finis, et se réceptionna après un double axel arrière. Il
fallait qu’il pense à se féliciter pour avoir regardé tous ces DVD de kung fu,
une fois qu’il aurait trucidé l’intrus. Hurlant de rage, il se lança en avant,
et stoppa d’un coup son élan. Satané Harry Potter. Ce n’était pas une hache
qu’il avait attrapé en évitant le coup, mais une baguette magique. Où était
donc passé le temps des rires et des chants où les enfants commandaient des
haches barbares et des panoplies de tueur d’indiens ? Devant lui, Saint
Nicolas se dressait dans l’encadrement de la porte, ricanant devant sa ridicule
baguette.





- « C’est fini Noël, il ne peut en rester qu’un,
clama-t-il en se lançant pour l’embrocher. Il avait toujours été théâtral.


- Que tu crois ! », rugit le Père Noël en évitant de nouveau l’attaque.
Il connaissait bien le vieux bougre, il avait toujours tendance à vouloir viser au cœur. Mais on était chez lui, ici ça
n’allait pas se passer comme ça. D’un coup de pied retourné qu’on n’aurait
jamais suspecté un obèse comme lui de posséder, il envoya le saint culbuter sur la mare gelée. Ca allait l’occuper un petit moment, suffisamment longtemps pour qu’il trouve une contre attaque.
Contre une engeance pareille, un jouet ne suffit pas, il faut du lourd.


-



S’engouffrant dans l’atelier, Le Père Noël fonça jusqu’au
troisième établi. Pied de droite, deuxième moulure, il l’aurait retrouvé les
yeux fermé. Dehors, Saint Nicolas jurait contre sa mitre qui lui était tombée sur les yeux.
Ricanant, le Père Noël s’engouffra dans le passage secret. Il
allait se débarrasser de ce gêneur définitivement.





-
Inutile de te cacher, l’ogre, je te retrouverai. Encore
couvert de neige à cause de ses chutes, Saint Nicolas pénétra dans l’atelier, prêt à frapper.
Mais le gros n’était pas là, étrange. Il était déjà curieux
qu’il n’ait pas essayé de l’achever alors qu’il était coincé sur la mare. Mais…
Ha-ha. Le saint venait de découvrir le passage secret. Le gros cherchait à
s’enfuir.





Lentement, très lentement, Saint Nicolas descendit l’escalier secret.
La bête était aux abois, elle n’avait même pas pris la peine
de refermer derrière elle. Sa mitre en position de défense, il suivit le long
couloir. Des portes de fer aux serrures impressionnantes le bardaient de part et
d’autre, mais il n’en avait cure. Seule la chasse comptait. Son instinct lui
disait que Noël s’était retranché dans le coin le plus profond de ce terrier. A moins qu’il ne se soit ménagé une sortie de secours avec un traineau de
rechanger ? Non, ça ne lui ressemblait pas, il était bien trop sûr de lui
pour ça. Au fond du couloir, une autre porte métallique, ouverte. Il était sur la bonne voix. Frappant la porte de son pied au cas où l’ogre se cacherait derrière, il pénétra dans la pièce, crosse au point. Elle était vide.
Interloqué, Saint Nicolas s’avança encore. Aucun signe de Noël. Au milieu de la salle, une caisse, et rien d’autre. Le saint s’approcha, tous les sens en éveil. Et la porte se referma. Il eût juste le temps de baisser les yeux pour
lire l’inscription sur la caisse, que déjà elle explosait.


-« Ho Ho ho », rugit le père Noël en rouvrant la
porte de la pièce. Enfin débarrassé de ce saint au rabais. Mais pas le temps de se réjouir il fallait retourner au travail. Il se demandait si un catalogue
accepterait de faire la publicité de ses bombes cadeaux pour terroriste.
C’était sans aucun doute un futur hit.

HIVER

Citation :


Les feuilles tombaient, maladroites. Elles boitaient le long
des airs, jusqu’à rejoindre la couverture rousse sur le sol de la forêt. Chaque
coup de vent annonçant l’hiver à venir les faisait frémir comme la fourrure
d’un animal aux aguets. Cachée dans le creux d’une branche, la petite pixie
regardait la mer de feuilles. Elle reconnaissait dans les ors et les cuivres
répandus sur la terre les teintes dont ses ailes se paraient. Bientôt, elle
tomberait elle aussi et se figerait au sol. Ses ailes flamboyantes partiraient
au vent, portant en elle la beauté douloureuse des espèces disparues.

Naissance du Printemps

Citation :

En le temps d'avant le temps, sur le monde d'avant les
ombres, les saisons l'existaient pas. Seul l'hiver régnait en maître. Personne
ne savait qu'il était l'hiver, car, de mémoire d'humain, le monde avait
toujours été recouvert d'un manteau de neige. Chaque jour, les humains se déplaçaient,
cherchant dans la terre glacée et dure les racines nécessaires à leur survie.
Chaque jour, ils se terraient dans des abris traversés par la bise. Et chaque
jour, des humains mouraient.


Un jour Daar Ab Hang, chef du clan des Tuab, décidé d'aller
chercher le Dieu qui présidait à son
malheur. Son fils était mort le jour même sous une avalanche, et il y avait
bien longtemps que sa femme avait disparu dans les ombres pâles d'un lac gelé. Il s'arma de sa meilleure lame, cadeau des
elfes, depuis longtemps disparus sous les neiges. Il s'enveloppa dans les fourrures
les plus épaisse qu'il trouva, salua son clan, et partit.


Longtemps, il marcha, en direction de la montagne blanche.
Il combattit les lions des toundras, les ours, les aigles. Il traversa mille rivières
emplies d'une mort glacée, et s'arc bouta contre le vent déchainé. Il marcha si
bien, il marcha tant, qu'il arriva finalement au pied de la montagne.


Là, il appela le
dieu, mais le dieu ne répondit pas. Alors Daar Ab Hang s'élança à l'assaut de
la montagne. Les pics de glace arrachèrent ses peaux. Le vent et la neige le
mordirent cruellement, mais il ne renonça pas. Il affronta les loups, il
vainquit les corbeaux gardiens des cimes. Il marcha jours et nuits,
repoussaient les avalanches de ses mains crevassées par le froid. Et il arriva
au sommet de la montagne.


Daar ab Hang avait quitté les siens depuis longtemps, déjà,
et en chemin, il était devenu vieux. Mais rien, dans son cœur rempli de
sagesse, ne l'avait préparé à ce qu'il vit. Au sommet, il n'y avait pas de
dieux. La pierre s'étendait nue sous les étoiles glaciales, au delà même de la
neige et du vent. Daar ah Hang s'avança jusqu'à la lisière entre la roche et le
vide et contempla l'étendue blanche. Quelque part en bas, si loin qu’il ne
pouvait pas le voir avec ses yeux d’humain, son clan l’attendait. Et alors Daar
ah Hang comprit. Seule au milieu des plaines, la montagne s’élançait, observant
tout ce qui se passait sur le monde. La montagne était le Dieu, mais un Dieu de
pierre et de glace, et jamais il ne pourrait donner aux humains autre chose que
ce dont il était fait.



Alors Daar ah Hang se lança du haut de la montagne. Si le
Dieu qui était ne pouvait veiller sur les siens, il deviendrait celui qui
présiderait à la destinée des humains et de tous les êtes qui étouffaient peu à
peu dans leurs carcans de glace. Son sang teinta la neige de feu. De son corps encore
chaud jaillirent des plantes vertes et vivaces qui couvrirent la montagne en un
instant. Et la neige fuit, repoussée aux limites du monde par cette
puissance nouvelle.

Songe d'été

Citation :

La lumière éblouit Samain avant même qu’elle ne franchisse
le seuil. Devant elle, un champ doré s’étendait à perte de vue. Le ciel avait pris
la couleur blanche du fer chauffé jusqu’à se rompre. En son milieu, un soleil
éclatant trônait comme un joyau. Au loin, un bosquet d’arbre surnageait dans l’océan
de blé. Samain décida de s’en approcher. Celui qu’elle cherchait s’y trouvait,
le rêve le lui disait. Sous ses pieds, les mottes de terre éclataient en
poussière. Elle pouvait voir les épis se pencher, desséchés, par la terrible
chaleur, presque palpable dans l’air immobile. Les arbres n’étaient guères plus
vaillants. Les feuilles flétries avaient prématurément jauni et commençaient à
tomber sur le sol. Samain se retourna. Les bords du rêve commençaient à noircir
et à s’effriter. Le champ se déformait et des fractures sombres apparaissaient
dans l’étendue dorée. Elle n’avait plus beaucoup de temps, mais elle n’était
plus très loin. Celui qu’elle cherchait était là, dans le bosquet.


Il y avait eu une source, jaillissant entre les racines d’un
chêne millénaire, mais elle était depuis longtemps tarie. Du ruisseau qui s’en
échappait ne restait qu’une fine trace dans la poussière. Samain s’accroupit. Elle
l’avait trouvé. Caché dans le filet d’ombre qu’une pierre un peu tordue
projetait sur le sol. Son corps avait la couleur rouge de la terre des
profondeurs et ses yeux, pourtant bleu, avaient la sècheresse d’un désert.


-
Vous êtes en train de voler ce rêve, dit-elle en s’asseyant
à côté de la pierre. Maintenant, le pauvre rêveur croit qu’il va mourir de
soif.


La créature eût un petit rire ensablé.


-
Mais mon enfant, c’est ce que font les draeryn. Nous
sommes des créatures de l’été, et soleil et chaleur nous suivent partout où
nous allons.


-
Et vous avez vos propres rêves pour vivre, je le sais. Alors
retournez-y ou je vais sévir. Vous n’avez rien à faire dans le rêve d’un humain.


L’être tourna la tête vers Samain, agitant mollement une
main griffue.


-
Votre prédécesseur était moins… Regardant sur nos
petites escapades.


-
Mon prédécesseur est mort.


Redressant la tête, le Draeryn plongea ses yeux dans ceux de
Samain. La jeune fille faisait au moins le double de sa taille, mais dans un rêve,
cela ne comptait pas. Par contre, le filet d’eau qui s’était remis à couler
avait son importance. De même que les quelques herbes vertes qui émergeaient
timidement de la poussière là où elle avait posé ses mains. Il haussa les
épaules et disparut. Samain attendit encore quelques instants. Les arbres
reverdirent et le blé se dressa de nouveau vers le ciel, maintenant aussi bleu
que l’océan. Aucune fracture n’était plus visible dans le rêve, qui s’étendait
à l’infini. Le rêveur avait replongé dans le sommeil, elle n’avait plus rien à
faire ici. Elle se releva, enjamba le ruisseau, mais ne réapparut pas de l’autre
côté. Dans le bosquet, des oiseaux commencèrent à chanter.



Azenor

PRINTEMPS



Félicitations et merci aux participants.
J'attends vos oeuvres Messieurs Dames


Dernière édition par Dead Irish Man le Sam 6 Déc 2008 - 12:51, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadirishman.deviantart.com/
Dead Irish Man
Morse-garou
Morse-garou
avatar

Masculin Nombre de messages : 4500
Age : 31
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 19/02/2007

MessageSujet: Re: LES SAISONS [LE CALENDRIER DE LA COMMUNAUTE]   Sam 6 Déc 2008 - 12:52

Up !
Quatres participants
(merci à eux)
12 participations
On se motive les gens !!! (à commencer par moi ^^)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadirishman.deviantart.com/
 
LES SAISONS [LE CALENDRIER DE LA COMMUNAUTE]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [PDV1] Champignons de saisons P4
» récap du SAL calendrier
» recherche grilles calendrier Petit Ours Brun- Points deCroix
» Calendrier CAEA 2011
» calendrier de l'avent

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Francophone deviantART :: Activités (ré)créatrices :: Les collaborations-
Sauter vers: