AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  StaffStaff  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Pop onirique : Cocteau Twins (c'est pas jeune !)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Pop onirique : Cocteau Twins (c'est pas jeune !)   Mar 29 Juil 2008 - 14:42


Voilà un p'tit article encore sur un de mes groupes favoris... bravo si vous arrivez à tout lire !




S'il existe encore des personnes susceptibles de penser que la musique ne véhicule absolument rien si ce n'est un simple plaisir égoïste pour celui qui la compose (ou l'interprète) lié à un vague contentement d’ordre esthétique pour celui qui l'écoute : tout semble tomber à l'eau ici. A l'heure d'entendre les Cocteau Twins (groupe écossais), ce "contrat" passif n'a plus lieu d'être. Le groupe fabrique sa musique comme le peintre génial construit son oeuvre. Sans peur de choquer, sans trop se réclamer d'une école, sans souci de l'étiquette que l'on pourra lui apposer. Il choisit parfois des mélanges de couleurs audacieux, des représentations venues de nulle part, des perspectives étranges, un éclairage atypique. Et ce toujours dans une recherche éperdue d'efficacité évocatrice et de beauté absolue. Les Cocteau Twins sont comme ça. Ils se démarquent par cette “atemporalité” qui ne fera jamais d'eux un groupe adulé des masses mais qui forcera peut-être le respect au regard de l'histoire musicale dans sa globalité. D'aucuns diront que leur musique est “cryptique”, élitiste voire pédante - si tant est que l'on puisse un jour la personnifier. Je préfère voir en eux une touche d'exotisme et de beauté, comme une sorte de parenthèse aérienne bleutée qui fait justement suspendre son "vol" au temps.

"Suckling the mender" (1988) ► http://www.deezer.com/track/948639
"Amelia" (1984) ► http://www.deezer.com/track/936214
"Melonella" (1985) ► http://www.deezer.com/track/950043
"Cherry-coloured funk" (1990) ► http://www.deezer.com/track/935988

Peu m'importe finalement de savoir d'où ils viennent, où ils vont et de trouver un "sens" à leur musique. J'aime à penser qu'il existe des musiques qui me "parlent" davantage qu'elles me donnent des leçons. J'apprécie aussi également les musiques qui sèment un certain trouble, me posent des questions et pas nécessairement celles qui cherchent à m'apporter des réponses. Les messages des Cocteau Twins sont d'ailleurs plus de l'ordre du stimulus stricto sensu qu'autre chose ; ce que l'on essaye de transformer bien au-delà de notre âme - si l'on peut dire -, ce sont nos perceptions primaires. On se trouve pris par le jeu des synesthésies, celui qui consiste à pouvoir repérer des ensembles de couleurs, à ressentir des sensations basiques à partir de simples combinaisons de notes ou des arabesques vocales de cristal d'Elizabeth Fraser. C'est pour cela sûrement qu'il n'y a pas
de "paroles" à proprement parler chez les Cocteau Twins mais plutôt un rigoureux assemblage de "mots" aux sonorités étranges. Cette part de mystère est également étayée par les titres-mêmes des morceaux, qui, comme pour les paroles, relèvent davantage d'un abstrait mais harmonieux collage phonétique que d'une quelconque profondeur sémantique. Ainsi, le plus respectueux et cultivé des mélomanes ne comprendra-t-il sûrement jamais ce que veut dire "Frou-frou foxes in midsummer fires". Cela appartient à la magie intime d'Elizabeth Fraser et c'est tant mieux pour nous en fin de compte à la vue de la beauté du résultat. C'est un bon procédé de ne rien révéler ; cela attise la curiosité, suscite une forme d'excitation qui met en éveil les sens de l'auditeur l'invitant ainsi à remettre en question quelques uns de ses propres repères.

"Violaine" (1996) ► http://www.deezer.com/track/45510
"Musette and drums" (1983) ► http://www.deezer.com/track/945025
"Throughout the dark months of April and May" (1986) ► http://www.deezer.com/track/942579


Dans le même ordre d’idée et de façon plus synthétique, on peut dire que la musique des Cocteau Twins nous "interpelle" d'abord au plan sensoriel plutôt qu'au niveau mental et acquiert par ce biais une dimension universelle. Elle semble pourtant difficilement accessible à nous tous, ce peut être parce qu'en opérant des inversions de valeurs, en s'appuyant sur d'autres codes esthétiques, elle chamboule nos habitudes d'écoute. Nous sommes peut-être ainsi faits que nous n'aimons pas en général que l'on secoue la poussière de nos habitudes pour proposer de l’inédit. Ainsi qui saurait apprécier ex abrupto une toile de Miró ou de Picasso ? Les Cocteau Twins ne sont ni complexes, ni simples. Ils ont leur manière propre de s'exprimer à travers des schémas qui peuvent susciter le rejet pour une oreille qui chercherait avant tout à les entendre plutôt qu’à les écouter . Il faut faire le vide et se laisser bercer par la magie cristalline de la voix d’Elizabeth Fraser qui plane sur l’éther des accords des guitares métalliques de Robin Guthrie. Parfois noire, parfois juste lyrique, parfois très sucrée, la musique des Cocteau Twins est bête merveilleuse à plusieurs têtes...

"Beatrix" (1984) ► http://www.deezer.com/track/936205
"Summerhead" (1993) [leur titre le plus "pop"] ► http://www.deezer.com/track/57979
"Pink Orange Red" (1985) [version piano] ► http://www.deezer.com/track/58024


Le groupe n'existe plus aujourd'hui bien qu'on ait cru à une reformation récemment. Les différents membres du groupe ont des projets parallèles. Robin Guthrie a fondé un autre groupe "Violet Indiana" et a sorti des albums instrumentaux. Liz Fraser est souvent chanteuse guest pour pas mal de groupes, sa collaboration la plus connue étant celle avec Massive Attack sur l'album "Mezzanine", c'est elle que l'on entend sur le titre "Teardrop"


________________________

Discographie (seulement les albums, ils ont fait une tripotée de EP)

Garlands (1982)
Head Over Heels (1983)
Treasure (album) (1984)
The Pink Opaque (1985, compilation)
Tiny Dynamine / Echoes in a Shallow Bay (1985, compilation)
Victorialand (1986)
The Moon and the Melodies (1986, collaboration avec Harold Budd)
Blue Bell Knoll (1988)
Heaven or Las Vegas (1990)
Cocteau Twins Singles (1991, coffret contenant 10 CD singles, dont un inédit)
Four-Calendar Café (1993)
Milk and Kisses (1996)
BBC Sessions (1999, compilation)
Stars and Topsoils (2001, compilation)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Pop onirique : Cocteau Twins (c'est pas jeune !)   Mar 29 Juil 2008 - 15:18

alors avant d'être déconnectée *énervé* je disais que je connaissais les CT mais que pour moi ils avaient été noyés dans la masse des groupes new wave des années 80, et puis c'était pas trop ce que j'éoutais à l'époque. Et que là, tu me les as fait re découvrir . Et j'ai tout lu et tout écouté, et c'était vachement bien Merci Péo!
Revenir en haut Aller en bas
 
Pop onirique : Cocteau Twins (c'est pas jeune !)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pop onirique : Cocteau Twins (c'est pas jeune !)
» Cocteau Twins
» Jeune fille cheveux bleus
» Nu d''un jeune homme...
» 20 ans = vieux ou jeune ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Francophone deviantART :: Divers - Tuto, Art, Ciné, Etc. :: Musique-
Sauter vers: